Concours d'Eloquence

Ramzi été invité à la préfecture de privas, en tant que finaliste au concours d’éloquence "La Force des Mots" organisé par la Préfecture de l'Ardèche.

Ce vendredi 08, juillet Ramzi, jeune accompagné par le service des MIneurs Non accompagnés a été invité par la Préfecture de l'Ardèche suite à sa participation au concours d'éloquence intitulé "La Force des Mots".

Vainqueur du concours d’éloquence il a été récompensé par Monsieur le Préfet et Madame la Sénatrice de l'Ardèche.

Ramzi aura la chance de bénéficier en août de la visite du parlement guidée par le sénatrice de l’Ardèche que nous remercions vivement.

Nous souhaitons partager ses mots, son histoire et son engagement citoyen :

"Mon engagement citoyen :

Cher président, chers jurés, cher public.

Je m’appelle Ramzi, je vais vous faire part de mon discours ;

Par une si belle journée ensoleillée, à la préfecture pittoresque de Privas ;

Aussi paradoxale que cette formulation puisse sembler sonner.

Notre existence est bien réglée, bien ordonnée.

Chacun d’entre nous est à sa place et même si nous ne sommes pas toujours satisfaits par nos vies, la routine est familière, rassurante.

Libre, c’est un fait. Oui je le suis, oui je le crois, oui je le clame.

Victime de mes faits, oui je fuis le combat ; je préfère user de ma plume. Je ne suis pas spectateur de ma vie car je survie jusqu’à ce que mes rêves deviennent des projets.

L’engagement citoyen fait l’honneur et la fierté car oser c’est laisser parler son cœur plutôt que sa raison. C’est suivre une intuition plutôt qu’une conviction.

Quelque part, oser c’est accepter de changer, de se mettre en danger et peu d’entre nous sont capables de payer ce prix.

Pourtant, pour les personnes qui l’acceptent, les possibilités sont souvent très étonnantes. Elles peuvent changer l’ordre des choses, outrepasser les limites voir défier l’impossible, apporter le progrès.

Les enfants nourrissent particulièrement toutes sortes d’ambitions, d’espoirs et de rêves. Mais rare sont ceux, une fois devenus adulte, qui tentent réellement de les réaliser.

Qui n’a jamais rêvé de faire le tour du monde, de laisser tomber son quotidien, de tout quitter pour partir à l’aventure. Pourtant, plus nous grandissons, plus notre prédisposition à oser, à agir diminue.

Je pense qu’en devenant adulte, nous perdons un peu de notre confiance en nous même. Nous ne voulons surtout pas nous démarquer mais plutôt nous fondre dans la masse.

En fait, nous ne croyons plus en notre impact individuel mais sans cela il est impossible de changer le collectif. Globalement, il suffit d’un petit peu de bonne volonté pour contribuer au bien-être collectif.

A quoi bon circuler comme des corps vides dans l’aéroport sans jamais ouvrir nos valises puisque c’est de là que réside l’intérêt. Montrer, échanger et profiter des autres demeure une source intarissable d’enrichissement.

Il parait étonnant de constater malheureusement l’intemporalité de ses mots qui se révèlent toujours avérés depuis 233 ans.

Chaque jour, vous et moi sommes confrontés à des situations que nous trouvons injustes, qui nous choquent et nous révoltent, c’est précisément face à ces situations que l’audace devient indispensable.

Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le car l’audace a du génie, du pouvoir et de la magie.

Maintenant plus que jamais, les adultes devraient recouvrir cette capacité formidable propre aux enfants, à s’émerveiller, à espérer le meilleur et à l’oser car après tout créer c’est d’abord oser. Laissons-nous porter par nos espoirs en créant, en innovant et en osant.

Frères de sang car engagés dans nos devoirs.

Frères de pensées car nos cerveaux si identiquement différents créent et recréent sans cesse.

Frères d’âmes car nous bataillons ensemble contre les pires mots.

Frères de cœur car les nôtres ne cessent de battre à l’unisson.

Aujourd’hui, j’ai compris que l’on ne devrait pas être jugé sur son apparence, la façon dont on se présente au monde n’a pas d’importance car le costume est l’aliénation à un grand tout. C’est l’ennemi de la réflexion et du langage.

Liberté, Égalité, Fraternité sont nos trois piliers fondamentaux en France. Ces trois piliers que nous devrions chérir particulièrement.

Oh combien nous sommes chanceux d’avoir grandit dans un pays stable. Nous devrions être fiers de ce pays qui m’offre aujourd’hui cette liberté à moi, jeune garçon de 17 ans, de partager avec vous, sans arme, sans matraque, sans sarcasme, sans fusil pointé sur moi, le fond de ma pensée.

Merci pour votre attention. Ramzi "

 

Article du Dauphiné Libéré : Cliquez ici

Linkedin